Liste des numéros
N°479

FINANCEMENT DE PROJETS

mai 2015
S'abonner à la revue

Éditorial

Permanences

Le Journal que Thierry de Montbrial a récemment publié1 fourmille de réflexions personnelles de l’auteur, plongé dans les mouvements de la géopolitique depuis qu’il a fondé l’IFRI, sur l’ambiance de notre temps et la marche de ses affaires. À l’occasion d’un entretien avec André Meyer en 1979, le célèbre banquier d’affaires lui livra les quatre qualités qui étaient selon lui «fondamentales pour un homme d’action, par exemple pour un président des États-Unis : le jugement, la volonté, la fermeté et l’imagination». Plusieurs de ces traits sont certainement à rechercher aussi chez l’investisseur avisé : les praticiens du financement de projets qui témoignent dans ce numéro l’illustrent sur nombre de cas concrets.

On pourrait penser que, sur une activité aussi traditionnelle pour les institutions financières, tout a déjà été dit. La conjoncture n’est d’ailleurs pas mauvaise : on estime que d’ici 2030, les besoins de financement augmenteront de 60% par rapport à leur niveau cumulé sur les dix dernières années, par exemple pour nourrir des projets dans le secteur des transports, de l’énergie, et des infrastructures de télécommunication (en particulier à haut débit). En miroir, les capacités de financement sont abondantes pour les pays stables et à faible risque de crédit. Mais ces grandes lignes annonçant un avenir tranquille ne doivent pas occulter les facteurs de rupture qui se font jour. Tout d’abord, les besoins ne concernent pas seulement de grands projets d’infrastructures, mais aussi des sujets technologiques pointus au rende¬ment futur nécessairement moins assuré (le lecteur découvrira notamment le cas de la voiture qui consomme moins de 2 litres de carburant aux 100 km), voire des innovations non-technologiques : près de la moitié des projets financés par l’ADEME dans le cadre du «programme d’investissements d’avenir» relèvent par exemple de cette catégorie. Ensuite, apparaissent des domaines totalement nouveaux pour la finance «traditionnelle», comme l’entrepreneuriat social qui suscite un engouement constant : on compte désormais plus de deux millions d’épargnants «solidaires» en France, auprès desquels six milliards d’euros ont été collectés. Enfin et surtout, des modes d’intervention disruptifs émergent puissamment, tels que le crowdfunding. En un an, les fonds ainsi mobilisés ont été multipliés par 2,5, atteignant 16 milliards de dollars en 2014 au niveau mondial. Et même si les collectes lancées sur ces sites Internet de plus en plus spécialisés ne sont pas toutes réussies, certaines explosent par le jeu des réseaux sociaux et de la propagation «virale» qui en découle parfois. Les banques peuvent y voir une menace, lira-t-on, puisque dans ce modèle la nécessité de leur intermédiation disparaît : elles peuvent donc faire le choix de revoir leur offre, et de suivre sur ce segment Apple et Google (aurait-on pensé que les deux géants de l’informatique viendraient aussi concurrencer les établissements financiers ?).

Nos camarades peu familiers des partenariats public-privé et autres prêts structurés pourront assurément se plonger sans mal dans ces articles tout à la fois pédagogiques, illustrés et prospectifs. Avec bien sûr la dose d’esprit d’analyse qui sied à la découverte d’un sujet technique par tout honnête homme ; relatant les propos échangés à l’occasion d’une séance de l’Académie des Sciences morales et politiques, Thierry de Montbrial se souvient dans son ouvrage qu’ils avaient ravi Maurice Allais, également membre, et lui avaient rappelé un conseil de l’économiste Franck Knight : «Dites quelque chose de très simple et de la manière la plus obscure possible. Chacun y trouvera son compte». Mais la discussion portait, alors, sur la poésie moderne, et non sur les techniques modernes de financement de projets !

Guillaume APPÉRÉ (P02/CM05)

1 Une goutte d’eau et l’océan - Journal d’une quête de sens, Albin Michel, mars 2015.



Sommaire

Introduction Rachid ABOURA (P 1976 ICiv)
High Speed Rail Business & Financial Model Jean-Pierre ARDUIN (E 1970 ICiv) et Alain MICAS
Le crowdfunding à la française Fantine LEFEVRE (P 2011 ICM) et Bogdan POPESCU (P 2007 ICiv)
Project finance: non-recourse funding Margaret ARMSTRONG (Doct P80)