Retour au numéro
Vue 15 fois
décembre 2019

MINES GESTIONS DE CRISE - QUOI DE NEUF EN GESTION DE CRISES?

Sauvegarde, dromes, weL iL, cite/fer... bilan du congrès de Marseille qui s’est tenu du 8 au 10 octobre 2019.


Après Paris au mois de mai, le club Gestion de crises a organisé son deuxième congrès au mois d’octobre au parc Chanot, au sein du salon Préventica Grand Sud. 8 conférences, 5 tables rondes en partenariat avec le Fesu (Forum européen de sécurité urbaine) et le Centre Risc du Québec ont permis d’échanger avec quelques 400 auditeurs. Voici les points forts ayant suscité intérêts et débats.

LE PROJET PACTESUR

Comment les villes peuvent-elles protéger leurs espaces publics et leurs citoyens? C’est à cette question que le projet Pactesur du Fesu cherche à répondre. Il fédère décideurs locaux, forces de sécurité, experts de la sécurité urbaine, urbanistes, développeurs, formateurs, desi­gners... afin d’élaborer des recommandations ainsi que de nouvelles politiques locales. Les villes de Nice, Liège et Turin ont présenté leurs travaux.

LES DRONES EN GESTION OPÉRATIONNELLE

Les services d’urgence du Québec requièrent les drones pour surveiller les crues en temps réel. Cette table ronde a examiné pourquoi et comment le drone est indispen­sable dans la gestion opérationnelle courante, notamment dans le contexte de la sécurité au XXIe siècle. Animée par Marie-Ève Drouin, Directrice du Centre de Recherche et d’Innovation en Sécurité Civile du Québec, elle réunissait Francis Lepage, Directeur de projet IVEO, le Commandant Éric Rodriguez du Sdis 13, référent natio­nal drone, Patrice Bar, Délégué sécurité des vols, Fédéra­tion Professionnelle du Drone Civil

RÉSILIENCE: PISTE POUR UNE MEILLEURE PERFORMANCE

Conférence prononcée par notre camarade Karim Hardy (P10) professeur titulaire au sein d’Embry-Riddle Aero-nautical University, USA. La performance d’une organisa­tion est indissociable de la performance des individus qui “sont” l’organisation. Tandis que le management de la écurité et la culture de sécurité (également les HRO) justifient leur existence de dysfonctionnements (Safety-I), l’ingénierie de la résilience s’intéresse au fonctionnement même de l’organisation qui lui permet de maintenir ses fonctions aussi bien lors d’événements attendus qu’inat-tendus. Elle s’intéresse à ce qu’une organisation “fait” plutôt qu’à ce qu’elle “est”.

2 TABLES RONDES

RETEX de Maires: La loi de 2004 (modernisation de la sécurité civile) confie aux maires la sauvegarde des popu­lations en complément des opérations de secours: Pré­vention et protections, information et formation de la population, montée en puissance d’un dispositif commu­nal d’intervention fondée sur l’entraide, planification, vigi­lance et alerte, conduite des opérations, sans négliger le post catastrophe quand les sinistrés se retrouvent seuls. Éric Ménassi, Maire de Trèbes, confronté au terrorisme et aux inondations et Gilles Dumas, Maire de Fourques, fon­dateur du Syndicat des digues du Rhône, ont fait part de leurs expériences avec pudeur et réalisme.

Gérard Baumel, Maire de Céreste (04), Noël Rémy, Adjoint au maire de Barraux (38) et Gérard Perrotin, Adjoint au maire de Salaise sur Sanne (38) ont, quant à eux, exposé des bonnes pratiques innovantes, acces­sibles à toutes les communes.

MODE D’EMPLOI

Les technologies nouvelles, la coopération transfrontalière, et 3 fondamentaux furent traités sous forme “mode d’emploi” par François Vernoux (N84).

La méthode de gestion de crise par tableau de bord (TdB) est simple et performante. La construction des TdB valide votre planification. Vous rédigerez alors facilement les fiches opérationnelles. Lors de la conduite des opéra­tions (quotidiennes, situations exceptionnelles, crise) les TdB (fait par vous et pour vous) seront pour votre PC un point de situation partagé, fiable et actualisé, un fil guide des actions à mener, un fil d’Ariane des faits déterminants, une bouée de secours en cas de stress...

Le WEI JI est la philosophie chinoise de gestion de crise. (WEI = catastrophe, JI = chance). Une catastrophe subie est une chance, car grâce à elle, nous allons nous amélio­rer. En France, on clame: plus jamais cela! Et la plupart du temps on referme le couvercle sur le problème. Si la catastrophe revient, on entendra: On n’a jamais vu cela! Pour atteindre le WEI JI, il faut établir et exploiter les retex puis s’entrainer face aux nouveaux défis.

CHEFFER1, cet art complexe tout d’humanité, est à la portée de tous ceux qui détiennent une autorité et sou­haitent l’exercer pour partager avec leur équipe la réus­site et les fruits du labeur commun. Cheffer, c’est obtenir sans contrainte de ses subordonnés l’exécution intelli­gente et positive de sa politique, de ses stratégies, de ses intentions...C’est transformer le subordonné en co-équipier et tout faire pour que l’équipe soit gagnante et heu­reuse. C’est maitriser l’art du commandement à la perfection. Un pré requis: aimer ses subordonnés. (Voir numéro spécial Le Moniteur Dossiers d’experts réf. DE849, sept 2019) ▲

Auteur

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.