Retour au numéro
Vue 64 fois
janvier 2007

Introduction

Vice-Président du Club Mines-Finance en association avec les Ponts et les Télécoms
Gérant Associé ARSOLUTION Management, Organisation & S.I. Assistance Maîtrise d’Ouvrage Finance

 


Introduction

Nous sommes heureux de donner la ‘parole’ aux ingénieurs des Mines travaillant dans ce secteur pour donner un aperçu sur les différents métiers, les pratiques, les techniques ou méthodes utilisées, les carrières, les nouvelles opportunités ouvertes actuellement aux jeunes diplômés de ce domaine financier ou encore sur l’environnement économique.
Bien sûr, nous recueillerons avec plaisir les éventuelles réactions ou compléments d’information de nos lecteurs sur tous ces sujets.

Les sujets du dossier

Les carrières et les opportunités pour l’ingénieur dans le secteur financier

“Les Ingénieurs dans la Banque” par Vivien LEVY-GARBOUA (CM70), membre du Comité exécutif, responsable de la Conformité de BNP Paribas, qui nous retrace sa trajectoire personnelle à la BNP, à tra¬vers une transformation de la banque, nous fait état de la nouvelle donne du secteur Finance d’aujourd’hui, de ses besoins et des opportunités ouvertes aux jeunes ingénieurs

“Les Opportunités de Carrières de l’Informatique Financière” par Richard MEYER (P87), Directeur à la Citigroup qui nous expose, avec illustration de son cas personnel, dans son article en anglais, les perspectives de carrières que peut avoir maintenant un ingénieur dans l’ingénierie et la technologie financières en général et dans une entreprise comme Citigroup en particulier.

Quelques spécialités

“La gestion actif/passif dans une société d’assurances” par Christian STRULOVICI (P68), Président du Directoire de Quatrem, Assurances Collectives, qui nous décrit de façon très claire le métier de l’assureur et sa gestion de l’actif-passif.

“Qu’est ce qu’un multigérant ?” par Henri-Xavier CHABADEL (P94), Gérant multigestion chez Louvre Gestion (HSBC Private Bank France), qui nous fait connaître, sous forme d’interview (réalisée par le service de presse de la société), le métier de multigérant.

“Le management par les processus dans les assurances” par Anne SEURRET (P89), Responsable Amélioration des processus chez AXA, qui nous explique comment la formation d’ingénieur en tant
que généraliste lui a permis d’appréhender plus aisément les méthodologies pratiquées actuellement chez AXA dans la conduite de projets en amélioration des processus et la conduite de changement qui suit.

“Le Financement de Projet : rôle et évolution des Agences de Crédit-Export” par Stéphane WOERTHER (E98), Responsable Financement de Projet à la Coface, qui nous détaille la technique financière particulière pratiquée dans de gros projets d’infrastructure et le rôle de la Coface dans ce genre d’opération.

 

L’environnement économique international et les apports de l’Euro

“L’intégration économique dans la zone euro” par Jean-Claude TRICHET (N61), Président de la BCE (Banque Centrale Européenne), qui nous a fait l’honneur d’accepter de contribuer également à ce dossier et qui nous présente dans son article les apports bénéfiques de la monnaie unique dans la zone euro et les importantes évolutions positives que l’euro entraîne.

 

Quelques chiffres sur les ingénieurs dans la Finance

La Finance n’est pas un débouché naturel, mais il est incontestable que maintenant de plus en plus d’Ingénieurs (pas seulement des Mines, mais également ceux des autres écoles) travaillent dans ce secteur.
La diversité des responsabilités confiées aux ingénieurs par les établissements financiers est importante dans :
· des métiers opérationnels - activités de marché, assurances, ...
· les postes fonctionnels comme : les systèmes informatiques, nouvelles technologies, audit, organisa¬tion, ...
· ou encore les états-majors des différentes activités.

Actuellement, il y a environ :
· 8,5% d’ingénieurs des Mines qui travaillent dans le secteur financier dont 6,5% dans les Banques et 1,35% dans les Assurances
· 9,5% d’ingénieurs des Ponts, dont 6,74% dans les Banques et 1,41% dans les Assurances
· 3,5% d’ingénieurs des Télécoms, dont 2,54% dans les Banques et 0,30% dans les Assurances.

Les pourcentages de cette population sont encore assez faibles, mais ils tendent à s’accroître. De plus en plus d’élèves et de jeunes ingénieurs sont attirés par la Finance. En tant que Vice-président du Club Mines-Finance, je peux en témoigner par la demande d’informations ou de stages dans ce secteur et par leurs présences aux conférences notamment celles consacrées aux opportunités du secteur. Pour les dernières promotions les chiffres doivent donc être plus importants.
En parallèle, il faut souligner également que le secteur Finance devient ‘friand’ d’ingénieurs et offre de plus en plus d’opportunités aux jeunes sortis des grandes écoles. L’enseignement de haut niveau qu’il a reçu, sa capacité de conceptualisation et de ‘mathématisation’ font que le profil de l’ingénieur est de plus en plus recherché par le secteur financier. Car ce dernier est confronté à la mondialisation du secteur, à la sophistication fonctionnelle, à la complexité croissante de ces métiers et aux enjeux de la société de l’information d’aujourd’hui.
Et ce constat dépasse nos frontières, comme le montre un article du Wall Street Journal de mars dernier qui indiquait l’engouement des banques d’Investissement (dont les américaines) pour les diplômés des grandes écoles d’ingénieurs françaises.

Les innovations de la Finance

Je profite de cette occasion pour évoquer les innovations de ce secteur, comme la mise en place future du système SEPA, qui va concerner tout le monde.

Le nouveau système de paiement européen ou SEPA

Tous les lecteurs ne le savent peut-être pas, la SEPA (Single Euro Payment Area) est le futur espace unique des paiements en euro.
Après l’introduction de l’euro comme monnaie unique, le nouveau système SEPA a été lancé sous l’impulsion de la BCE et de la Commission Européenne. Ce projet a pour ambition d’harmoniser les règles bancaires européennes et de simplifier les transactions commerciales au sein du marché unique. Il s’appuie sur le développement d’instruments de paiement novateurs et performants.
L’objectif de la SEPA, ou “Europe des paiements”, est de permettre aux citoyens, associations, marchands, entreprises d’effectuer des paiements en euro par virement, prélèvement ou carte, dans l’Europe, aux mêmes conditions économiques et de délais et d’une manière plus sécurisée.
La SEPA va être appliqué dans les 27 pays de l’Union européenne, ainsi qu’en Norvège, en Islande, au Lichtenstein et en Suisse.

Les instruments SEPA
Les futurs moyens de paiement européens vont progressivement remplacer les moyens de paiement nationaux, à partir de 2008.
L’évolution des instruments de paiement en France se fera comme suit :
· Les cartes de paiement deviendront des SEPA CARDS FRAME-WORK (SCF) ou cartes paneuropéennes qui favoriseront les paiements et les retraits en euros.
· Le prélèvement se transformera en SEPA DIRECT DEBIT (SDD), qui permettra le développement des prélèvements transfrontières.
· Le virement se transformera en SEPA CREDIT TRNSFER (SCT), qui facilitera les transactions en euros, avec une automatisation de bout en bout.
Les chèques, les porte-monnaie électroniques, les effets de commerce, les TIP et les télé-règlements resteront pour le moment hors SEPA.

Le BIC (Bank Identifier Code) et l’IBAN (International Bank Account Number) remplaceront le RIB pour identifier les numéros de compte.
· Le code BIC est le seul identifiant des établissements financiers normalisé au niveau international.
· L’IBAN est une norme internationale d’identification des comptes bancaires, qui comprend au maximum 34 caractères et sa longueur varie selon les pays, avec les constantes suivantes : - Les deux premières lettres correspondent au code pays où est localisé le compte, les deux chiffres suivants servent de chiffre
de contrôle
- Les chiffres et les lettres indiqués à partir du 5ème caractère fournissent des informations sur l’établissement bancaire concerné et le numéro de compte.
Pour la France, l’identifiant IBAN comporte 27 caractères : les deux premiers caractères sont le code pays (FR), les deux chiffres suivants, la clé de contrôle et les 23 caractères suivants correspondent à l’identifiant national de compte RIB.

Le Planning de la SEPA
La phase pilote doit démarrer au deuxième semestre 2007.
L’objectif est que les banques proposent les moyens de paiement SEP à leurs clients - particuliers, entreprises, administrations... - à partir de janvier 2008.
Entre 2008 et 2010, la période de co-existence, les instruments bancaires nationaux basculeront progressivement vers les instruments SEPA, avec une date butoir prévue normalement au 1er janvier 2011.

L’impact économique

La SEPA débouchera sur la mise en place de nouvelles infrastructures de place permettant de traiter ces opérations au niveau européen. La SEPA engendrera la création de plusieurs plates-formes de compensation européennes
L’impact économique comporte deux volets :
· les coûts d’investissement, d’adaptation, de transformation ou d’abandon de systèmes existants (notamment informatiques), de formation, ...
· la saisie de nouvelles opportunités organisationnelles et commerciales d’un marché d’environ un demi-milliard de clients.
La SEPA est donc un grand chantier, quasi comparable à celui de l’euro.

Par conséquent, il y a beaucoup de travail à venir pour les Ingénieurs.■

 

Auteur

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.