Retour au numéro
Vue 45 fois
février 2020

AU SERVICE DES ARTS

Collectionneur, programmateur, commissaire d’exposition… Louis Doucet (avec son épouse Annick) est engagé passionnément dans l’art. Interview.


Aux Mines de Nancy, à la fin des années soixante, tu étais perçu comme l’un des premiers à t’intéresser à l’informatique. C’était, nous allons le voir, loin d’être ton seul centre d’intérêt. Peux-tu nous mettre tout cela en perspective ?

Au départ, j’étais beaucoup plus littéraire que scientifique, ce qui ne m’a pas empêché d’être reçu à l’X et à Centrale. Enfin, je l’aurais été si je n’avais pas eu de notes éliminatoires dans toutes les disciplines scientifiques. Plutôt que “faire 5/2” pour tenter à nouveau ma chance, j’ai préféré intégrer Mines Nancy qui me convenait très bien ; mes parents n’en étaient que moyennement satisfaits, ce qui a achevé de me convaincre d’y aller. Pendant ma scolarité à Nancy, il est exact que je me suis proposé pour remplacer le professeur d’informatique – parti sous d’autres cieux –, proposition un peu folle acceptée par le directeur François Davoine. La fausse modestie n’étant pas une figure imposée, je m’autorise à dire qu’il n’a pas eu à s’en plaindre !

Mes années nancéiennes furent suivies d’un doctorat en traitement de l’information à l’Imperial College de Londres. Et c’est surtout sur mes compétences – au moins présumées – en anglais que, après un poste de conseiller technique (à caractère alimentaire) à l’Ambassade de France à Londres, j’ai été recruté par l’informaticien Bull. C’est dans cette branche que j’ai poursuivi mon parcours professionnel stricto sensu jusqu’il y a quelques années, en passant par une compagnie d’assurance puis, avant de prendre ma retraite professionnelle, par une banque dont je suis devenu le DG et le gérant. Parallèlement, je m’étais déjà investi dans le domaine de l’art, arts plastiques essentiellement, mais aussi la musique (contemporaine, mais pas exclusivement) en tant qu’auditeur, critique... J’ai commencé à partir du début des années 1970 à collectionner des pièces d’artistes du début du XXe siècle, puis, progressivement, des générations suivantes, jusqu’à mes contemporains, de plus en plus jeunes. De la génération de mes grands-parents à celle de mes petits-enfants, en un peu plus de quarante ans… Le temps passe vite…

 

Tes activités dans le domaine artistique sont multiformes – plus précisément ?

Mon engagement au service des artistes plasticiens a commencé par la Galerie du Haut Pavé, une association, créée en 1953, qui a pour mission de promouvoir les jeunes artistes en organisant leur première exposition à Paris. L’association mac2000/macparis s’y est rapidement ajoutée. Mon épouse Annick, qui partage la plupart de mes engagements artistiques, en est d’ailleurs aussi administratrice (nous sommes, l’un et l’autre, membres du comité de programmation). Cette association, qui organise deux salons annuels à Paris 11e, reçoit plus de 2 000 dossiers de candidatures par an. À noter aussi un partenariat avec la ville de Fresnes (94) pour la programmation de son centre d’art.

Nous sommes frappés de voir que les jeunes visiteurs sont très souvent prescripteurs vis-à-vis des adultes, ce qui nous conforte dans notre volonté d’intégrer les scolaires dans notre démarche.

J’ai créé, avec mon épouse, une association sans but lucratif “Cynorrhodon – FADAC” – ce nom mystérieux désigne le fruit de l’églantier dont on tire le ‘poil à gratter’, une allusion à notre volonté de jouer les trublions dans la pesante bien-pensance qui prévaut – dévolue à la promotion de la création plastique contemporaine et à l’aide aux artistes. Elle édite une revue mensuelle en ligne de critique artistique : Le poil à gratter.
J’écris sur l’art et sur d’autres sujets, publie régulièrement des ouvrages et suis un des rares membres indépendants bénévoles (non rétribués) de “Commissaires d’Exposition Associés”, l’association professionnelle française des commissaires d’exposition.

 

En résumé, tout ça pour quoi ?

Mes engagements dans le domaine des arts plastiques sont portés par trois convictions fortes :

  • L’art est une arme contre les bien-pensances et les convenances sous toutes leurs formes, lesquelles peuvent faire le lit de totalitarismes mous ou durs.
  • L’art est un outil de lutte contre l’exclusion, un instrument d’intégration. Souvenons-nous que la plupart des grands artistes “français” du XXe siècle ont des origines étrangères : Picasso, Chagall, Modigliani, Soutine, Gris, Foujita, Zao Wou-Ki… et bien d’autres.
  • L’art promeut la diversité. Je parle de celle des points de vue. Il est une éducation à l’expression et à l’acceptation d’autres opinions. Il est passionnant, par exemple, de voir que l’on peut ouvrir la porte à plusieurs “lectures” pour une même œuvre, toutes aussi pertinentes les unes que les autres. D’où notre slogan : “L’art contre la barbarie”.

 

Finalement – on ne se mouche pas avec les doigts de pied dans notre Revue – si tu te définissais comme l’Untel du XXIe siècle, Untel serait : Giordano Bruno ? André Malraux ? Pierre Boulez ? Quelqu’un d’autre ?

Peut-être Jacques Doucet, pas un parent d’ailleurs, juste un homonyme, mais un collectionneur un peu fou, comme moi, dont les trésors ont enrichi un grand nombre de musées. Musées souvent étrangers, d’ailleurs, du fait de la stupidité des autorités françaises qui refusèrent, par exemple, les “Demoiselles d’Avignon” de Picasso…

 


DES LIENS POUR EN SAVOIR +

cynorrhodon.org

macparis.org

art-fresnes94.fr

c-e-a.asso.fr > Découvrir > Membres

 

Auteurs

===================================================================================

Depuis 2012
• Membre de C-E-A / Association française des commissaires d'exposition
• Président fondateur de Cynorrhodon - FALDAC - www.cynorrhodon.org
• Vice-président et Trésorier de mac2000/macparis - www.macparis.org
• Co-responsable del'Espace d'art Chaillioux Fresnes 94 - www.art-fresnes94.fr

1998-2012
• Directeur Général - Gérant de GE Money Bank
• Président du conseil d'administration et Directeur général d'Auxifina SA/NV
• Président du conseil d'administration et Directeur général de COGIFI SA/NV
• Directeur général-Gérant de la Société martiniquaise de financement (SOMAFI)
• Directeur général-Gérant de la Société guadeloupéenne de financement (SOGUAFI)
• Directeur général-Gérant de la Société réunionnaise de financement (SOREFI)
• Directeur général-Gérant de Réunibail
• Directeur général-Gérant GE Financement Pacifique SAS

1989-1998
• Directeur des Systèmes d'Information de l'Union des Assurances Fédérales
• Administrateur d’Assurances Fédérales Vie

1974-1989
• Directeur de l'Architecture des grands et moyens systèmes du Groupe Bull

1971-1974
• Conseiller Technique à l’Ambassade de France à Londres
• Recherche et enseignement à l’Université de Londres (Imperial College)

1969-1971
• Enseignant en informatique à l'École des Mines de Nancy

===================================================================================

Ouvrages :
-------- aux éditions Cynorrhodon – FALDAC --------
• Subjectiles X – Essais critiques, 2022
• Subjectiles IX – Essais critiques, 2020
• Subjectiles VIII – Essais critiques, 2018
• Subjectiles VII – Essais critiques, 2017
• Subjectiles VI – Essais critiques, 2015

------------ aux éditions Le Manuscrit ------------
• Rhizomes – Pour en finir avec le roman, 2015
• Subjectiles V – Essais critiques, 2015
• Subjectiles IV – Essais critiques, 2013
• Subjectiles III – Essais critiques, 2012
• Subjectiles II – Essais critiques, 2010
• Les mites au logis – Poèmes algorithmiques, 2009
• De Dialectica, 2008
• Images I – Vignettes, 2007
• Exercices d’écriture – Un traité inutile, 2007
• James Fancher – Un artiste américain, 2007
• Subjectiles I – Notes critiques, 2007
• Poésies Incomplètes, 2007

www.amazon.fr/Louis-Doucet/e/B00JH46EZK/ref=sr_ntt_srch_lnk_2?qid=1441819430&sr=8-2

===================================================================================

www.whoswho.fr/bio/louis-doucet_57337

=================================================================================== Voir l'autre publication de l'auteur

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.