Actualités

Partager sur :
16 décembre 2021
Médiathèque Carrières

Intermines
Résultats de la dernière enquête "La météo n.2 des expatriés

Vue 93 fois

 

Voila près de deux ans que la pandémie rythme le quotidien de l'expatriation.

Après une accalmie en milieu d’année des restrictions et une reprise des déplacements, une réouverture des frontières d’un grand nombre de pays, le moral des expatriés est-il en amélioration par rapport à la même enquête menée en février 2021 ? Vous nous avez donné la réponse. Vous êtes « plus sereins que l’année dernière », avec un moral qui est « bon mais résigné et lassé» en raison des contraintes qui restent en vigueur ou reprennent selon les régions du globe en cette fin d’année.

La lassitude et la sérénité cohabitent chez les expatriés.

Le niveau de moral se situe à 65 sur une échelle de 1 à 100. Cela reste un niveau correct compte tenu de la situation, même si ce n’est pas une franche amélioration par rapport au mois de février où le curseur était à 61.

La différence entre collaborateurs et conjoints apparait encore une fois très nettement.

Ceux qui travaillent en expatriation ou en sont à l’initiative, les collaborateurs (hommes ou femmes) donc, évaluent leur moral à un  niveau plus élevé que la moyenne et surtout plus haut que celui des conjoints : 68 contre 61.

Être en activité et aux commandes de l’expatriation semble avoir un effet positif sur le moral. Le conjoint reste plus « préoccupé » et « las des restrictions liées au covid » qui rendent le quotidien « moins attractif en expatriation » et entravent à nouveau « les perspectives de voyager ». L’apparition d’un nouveau variant fin novembre accentue ce phénomène.  

                           

Une répartition géographique du niveau de moral qui confirme cette tendance.   

Les disparités entre les continents mises en évidence en février ne sont plus d’actualité. Le niveau de moral est sensiblement le même à l’échelle de la planète, à l’exception de l’Océanie, où le niveau est le plus bas (53 sur 100).

Les pays qui ont les premiers remis en place des fermetures de frontières ou des restrictions fortes en novembre sont également plus impactés et les expatriés expriment une « lassitude de l’expatriation » dans ces conditions.

 

Les expatriés sont résignés et acceptent la situation pandémique. Ils n’ont pas d’autre choix que de faire avec et s’adapter. La nature profonde du malaise vient de la généralisation du contexte à l’ensemble des continents et expatriés.       

« Vivre au jour le jour » et « hormis l’inquiétude concernant le Covid et les incertitudes qui en découlent, ça va bien ». Ces verbatims confirment encore la résilience dont les expatriés font preuve. Ne pas savoir si les déplacements seront possibles et vivre dans l’incertitude renforcent le sentiment d’isolement exprimés par de nombreux expatriés. « Revoir sa famille pour les fêtes » ressemble à un nouveau challenge ou un parcours semé d’embuches selon les situations. 

Enquête n° 9  - Baromètre de l'expatriation    




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.