Actualités

Partager sur :

Intermines
Carrières * Marion Jesu (N 2004) Coach nous parle de la réputation

30 mars 2022 Actualités
Vue 293 fois

"Au village sans prétention, j'ai mauvaise réputation...".
Cette chanson de Georges Brassens est réputée et a fait l'objet de beaucoup de reprises. Le succès de cette chanson réside en beaucoup de points (le talent de l'auteur, le dynamisme du rythme, le propos marginal). Ce propos marginal parle en réalité d'un sujet commun à tous, et qui peut expliquer la popularité de la chanson : l'homéostasie. L'homéostasie est un principe biologique de survie des systèmes qui a été repris par des courants de psychologie. Dans ce dernier cas, l'homéostasie décrit les techniques qu'un système "collectif" développe pour s'adapter, se protéger et garantir sa pérennité. Cette adaptation et cette protection se mettent en place notamment quand un des éléments du système développe une autonomie de fonctionnement et ne s'aligne plus avec les règles communes.

Dans la chanson, la mécanique de "désalignement" / "réponse du système" est assez parlante : - "suivre mon chemin de petit-bonhomme" / "médire de moi", - "ne pas écouter le clairon qui sonne" / "montrer au doigt", - "laisser courir les voleurs de pommes" / "se ruer sur moi", - "suivre les chemins qui ne mènent pas à Rome" / "venir me voir pendu". On remarque l'escalade de la brutalité de la réponse du système au fur-et-à-mesure que le personnage principal dysfonctionne en regard des codes collectifs.

ET POURTANT cet air est chantonné avec fierté et entrain par ceux et celles qui l'interprètent, prônant d'une certaine manière le droit à la désobéissance quand il est vecteur de liberté (de penser, d'action, de parole). Et pourquoi cela ? Parce que cela parle d'une nécessité commune et primaire de l'individu qui, pour aller vers son autonomie et son bonheur, doit se différencier du ou des système(s) dans le(s)quel(s) il évolue et à travers le(s)quel(s) il s'est construit. Lorsque vous n'osez pas vous lancer dans des changements personnels ou professionnels parce que vous avez peur de la réaction de votre entourage, c'est votre rapport aux homéostasies qui vous entourent qui s'exprime. En enclenchant des modifications dans votre vie, vous allez forcément vous déplacer sur votre chemin et déranger des équilibres sociaux, familiaux et organisationnels dans lesquels vous évoluez.
Cette peur d'oser est une EXCELLENTE NOUVELLE : c'est que vous ressentez en vous un besoin de vous différencier, et que vous avez donc la motivation pour aller vers quelque chose qui vous ressemble, en congruence et épanouissement. Les peurs qui peuvent émerger sont des signaux de votre individualité pour vous prévenir de ce qu'il va être nécessaire de préparer, protéger et consolider pour que cette transition et cette différenciation se fassent en douceur (pour vous) et dans le respect de votre écologie de vous. Dans une carrière professionnelle, vouloir préserver sa réputation plutôt que d’oser changer est une double punition : - pour vous-même qui ne vous donnez pas le droit d’exister et d’agir en accord avec vos besoins, - pour le système que vous privez de la richesse de ce que vous deviendrez en vous offrant la liberté d’ évoluer et de devenir un petit peu plus vous-même.

 

Marion Jesu (N2004)




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.